Thyroïdectomie ambulatoire


Recommandations de l’Association Francophone de Chirurgie Endocrinienne (AFCE) et de l’Académie Nationale de Chirurgie (ANC) validées lors de la Séance commune du 28/11/2012

MENEGAUX Fabrice (Paris, la Pitié), BRESLER Laurent (Nancy), KRAIMPS Jean-Louis (Poitiers), MATHONNET Muriel (Limoges), MIRALLIE Eric (Nantes), PEIX Jean-Louis (LYON), SEBAG Frédéric (Marseille), TRIPONEZ Frédéric (Genève, Suisse)

    La chirurgie thyroïdienne est peu agressive sur le plan physiologique, peu algique, peu hémorragique, et de durée courte puisqu’elle excède rarement 3 heures. Elle pourrait donc être candidate à une prise en charge ambulatoire. Cependant, il s’agit d’une chirurgie à risque avec une spécificité tout à fait remarquable puisqu’elle expose à des complications graves et d’évolution potentiellement rapide pouvant conduire, en l’absence de geste d’évacuation en extrême urgence, au décès du patient ou à une anoxie cérébrale irréversible par l’intermédiaire d’un hématome cervical compressif.
    En tant que société savante spécialisée, l’Association Francophone de Chirurgie Endocrinienne (AFCE) se devait de répondre aux questions soulevées par ce type de pratique en proposant des recommandations fondées sur un état des lieux sur les pratiques chirurgicales en France, une revue de la littérature, une enquête auprès des membres de l’AFCE, et une recherche approfondie des risques médicolégaux.

    Au terme de ce travail, l’AFCE a pu émettre un certain nombre de recommandations. La prise en charge de référence est une hospitalisation comportant au moins une nuit postopératoire. Cette hospitalisation peut cependant être de moins de 24 heures car le risque d’hématome cervical compressif au-delà de ce délai est exceptionnel.
    Une thyroïdectomie ambulatoire (retour au domicile le jour-même de l’intervention) est possible dans certaines conditions et chez des patients sélectionnés. En l’absence de critères prédictifs indiscutables de développement d’un hématome cervical compressif, tous les facteurs de risque décrits dans la littérature doivent être connus par le chirurgien et doivent constituer autant de contre-indications relatives. Ces facteurs de risques sont nombreux ; ils sont propres aux antécédents médicaux du patient, à la pathologie thyroïdienne opérée, à des éléments psycho-sociaux, au chirurgien lui-même et à l’organisation de la structure de soins où sera opéré le patient.
    Une prise en charge ambulatoire ne peut être proposée - à un patient motivé et informé, que par un chirurgien expérimenté ou une équipe entraînée, connaissant leur propres taux de complications et disposant d’une structure identifiée de chirurgie ambulatoire. Le chirurgien sera considéré comme le principal responsable en cas de complication ayant mis en jeu le pronostic vital ou le pronostic neurologique. Il doit donc s’assurer de la bonne information du patient et de ses proches, du respect des contre-indications, du bon déroulement de la chirurgie, de la surveillance postopératoire adaptée, et des conditions de sortie du patient. Cette prise en charge prend du temps et le chirurgien qui souhaite la proposer à son patient doit aménager son emploi du temps en conséquence.

    Ces recommandations détaillées sont sous presse dans le Journal de Chirurgie Viscérale et sur le site de l’Académie Nationale de Chirurgie.
    L’article intégral de chaque orateur sera publié prochainement dans e-Mémoires de l’Académie de Chirurgie, vous pouvez découvrir l’ensemble des communications d’endocrinologie chirurgicale de la Séance du 28.11.2012 sur http://www.academie-chirurgie.fr ainsi que les vidéos de chaque intervenant.

 
Académie nationale de Chirurgie (ANC) www.academie-chirurgie.fr
Ce site est maintenu, pour l'ANC, par le Service informatique de la Bibliothèque Interuniversitaire de Santé, Paris (BIU Santé)